Articles dans Les moyens thérapeutiques

Latéralisation, Imagerie, Miroir, l’IMG

Introduction à l’imagerie motrice graduelle (IMG)

Auteur Rubrique de cours Relecteur Responsable
Sophie Taillefer Moyens Thérapeutiques Audrey Bissieres Jan Maître

 

Définition [1]
L’imagerie motrice graduelle (IMG) est une séquence organisée de techniques destinée au traitement de certaines douleurs neuropathiques, qui comprend : la discrimination droite/ gauche, l’imagerie motrice explicite et la thérapie par miroir. Lire la suite

Mais pourquoi ce médicament ?

Comprendre la prescription des médicaments antalgiques

Auteur

Rubrique de cours

Relecteur

Responsable

Guillaume Thierry

Moyens thérapeutiques

Célia Amory

Nathan Risch

Introduction :
La douleur est un motif de consultation très fréquent en masso-kinésithérapie. Au cours de l’interrogatoire ou d’une séance de rééducation, il n’est pas rare que le masseur-kinésithérapeute soit confronté à l’incompréhension d’un patient sur une thérapeutique médicamenteuse, qui lui a été prescrite ou refusée, qui diffère de celle dont il est habitué, ou de celle qu’il a constaté par ailleurs. Occasionnellement, le masseur-kinésithérapeute peut être étonné par le traitement médicamenteux antalgique mis en place, et qui ne correspondrait pas à celui qui est usuellement proposé pour des patients ayant une condition médicale similaire. Pourquoi ? Lire la suite

La douleur et le sommeil : Une histoire à dormir debout ? Pas du tout

Sommeil et Douleur

 

Auteur Rubrique de cours

Relecteurs

Responsable
Jan-Hendrik Maitre Moyens Thérapeutiques MARIAGE Fabien Jan-Hendrik Maitre

 

Introduction

Si les plaintes liées au sommeil sont présentes chez 67 à 88% des personnes douloureuses chroniques et si au moins 50% des personnes présentant des problèmes d’insomnie souffrent de douleurs chroniques, il est logique d’étudier les liens possibles entre ces 2 problèmes majeurs de santé publique [1].

Définition

« Le sommeil et l’éveil sont des états comportementaux endogènes et récurrents qui reflètent des changements coordonnés dans l’organisation fonctionnelle dynamique du cerveau et qui optimisent la physiologie, le comportement et la santé. Des processus homéostatiques et circadiens régulent la propension à l’éveil et au sommeil » [2]. Lire la suite

Parler pour motiver

L’Entretien Motivationnel

Auteur Rubrique de cours Relecteur Responsable
Camille Leteurtre Moyens Thérapeutiques Jan-Hendrik Maitre Jan-Hendrik Maitre

 

Introduction

Définition

L’Entretien Motivationnel (EM) est  un  style  de  conversation  collaboratif  visant  à  renforcer  la  motivation propre d’une personne et son engagement vers le changement [1 ; 2].

 

L’EM face à la douleur persistante

Quelle que soit la pathologie, le rôle du kinésithérapeute est d’accompagner le patient dans les changements nécessaires à la récupération de la fonction et l’apaisement de la douleur. Dans le cadre de la douleur persistante, nous avons vu que ces changements concernent les perceptions, les croyances, l’estime de soi, la mobilité, et le mode de vie du patient [3-5]. L’EM n’est pas un « moyen thérapeutique » isolé. C’est un outil conversationnel qui s’intègre à toutes les approches précédemment citées. Il vise à accroitre l’adhésion du patient au traitement, pour assurer sa réussite sur le court et le long terme.

Lire la suite

Le bon traitement c’est le mouvement, à peu près

Une jeune femme faisant de la course à pied

Activité Physique et Exercices Thérapeutiques

 

  Rubrique de cours Relecteurs Responsable
Jan-Hendrik Maitre Moyens Thérapeutiques Audrey BISSIERE

 

Jan-Hendrik Maitre

 

Définition

L’activité Physique est définie par l’OMS comme tout mouvement produit par les muscles squelettiques, responsable d’une augmentation de la dépense énergétique [1]. Lire la suite

Nourrir son amélioration

Nutrition et douleur

Auteur Rubrique de cours Relecteur Responsable
Jan-Hendrik Maitre Moyens Thérapeutiques

Nicolas ADENIS

Jan-Hendrik Maitre

Définitions
La nutrition est l’étude de l’ensemble des processus par lesquels un être vivant transforme les aliments ingérés pour assurer son bon fonctionnement, c’est une science pluridisciplinaire intégrant aussi bien l’étude de la physiologie des nutriments, macro et micro, que l’étude des comportements alimentaires (pourquoi mangeons-nous ?, comment mangeons-nous ?, …). Lire la suite

La Thérapie Fonctionnelle Cognitive : Une approche patient-centrée

Thérapie Fonctionnelle Cognitive de la lombalgie chronique non spécifique

Auteur Rubrique de cours Relecteur Responsable
Nicolas Adenis Moyens Thérapeutiques Bénédicte ANSEL Jan-Hendrik Maitre

Définition [1]

            La Thérapie Fonctionnelle Cognitive (TFC) est une approche de gestion centrée sur le patient qui cible les croyances, les peurs et les comportements associés (mouvements, activités et mode de vie) de chaque individu souffrant de maux de dos persistants et handicapants.

Principes [1]

            Cette thérapie conduit la personne à être consciente que la douleur n’est pas le reflet de dommages structurels – mais plutôt un processus où la personne est prise au piège dans un cercle vicieux de douleur, de détresse et de handicap. Ce cercle vicieux est alimenté par des systèmes de protections (système nerveux, système hypothalamo-hypophysio-surrénalien) hyperactifs influencés par une multitude de facteurs biopsychosociaux tels que la persistance de croyances négatives, de comportements mal adaptés et de facteurs issus de l’hygiène de vie.

Cette thérapie est intégrée à l’aide d’une approche de communication axée sur l’entretien motivationnel, où il identifie les divergences entre les croyances et les comportements et reconnaît que les solutions qui tiennent sur le long terme sont généralement trouvées par la personne elle-même. La TFC est  fortement orientée sur le comportement et explore différentes options de mouvement en utilisant une rétroaction visuelle pour que les gens puissent rétablir leur schéma corporel et réapprendre les éléments de base du mouvement normal et détendu. Il donne à la personne le pouvoir de faire les choses elle-même qu’elle craint ou qu’elle évite, mais d’une manière graduelle et détendue. Cela les motive à s’engager dans l’exercice et la vie active en fonction de leurs préférences et leurs objectifs.

Lire la suite

Être Pleinement Conscient

Intérêt de la Méditation de Pleine conscience en Kinésithérapie dans le cadre de la prise en charge de la douleur chronique

 

Auteur Rubrique de cours Relecteur Responsable
Pierre Perdriat

Axelle Mokry

Moyens Thérapeutiques Jacky Harnoist Jan-Hendrik Maitre

Introduction

Développée dans les années 1970 par le biologiste américain John Kabat Zinn, cette pratique, d’inspiration bouddhiste, a été intégrée de manière laïque dans le monde médical (1).
Le Mindfulness Based Stress Reduction (MBSR) est le principal programme étudié en recherche clinique. De nombreux programmes ont depuis vu le jour en fonction des indications de soin comme le MBCT (Mindfulness Based Cognitive Therapy) pour la prise en charge de la rechute dépressive, ou encore le MBRP (Mindfulness Based Relapse Prevention) pour la prévention des rechutes des addictions.

Lire la suite

À part le paracétamol, les anti-inflammatoires et les opioïdes, quels autres antalgiques ?

Les antalgiques autres

Auteur Rubrique de cours Relecteur Responsable
Anne-Priscille Trouvin Moyens thérapeutiques Nicolas ADENIS Thomas Osinski

Introduction
En 1985, l’Organisation Mondiale de la Santé a défini une stratégie de prise en charge de la douleur cancéreuse avec des paliers antalgiques [1]. Cette stratégie, dont le postulat principal était de corréler l’intensité douloureuse et l’efficacité potentielle des antalgiques, a permis une avancée significative de la prise en charge des douleurs cancéreuses. Lire la suite

Comment agissent les antalgiques sur la nociception ?

Les antalgiques : les anti-nociceptifs

Auteur

Rubrique de cours

Relecteur

Responsable

Anne-Priscille Trouvin

Moyens thérapeutiques

Nicolas Adenis

Thomas Osinski

Introduction

En 1985 l’Organisation Mondiale de la Santé a défini une stratégie de prise en charge de la douleur cancéreuse avec des paliers antalgiques [1]. Cette stratégie dont le postulat principal était corréler intensité douloureuse et efficacité potentielle des antalgiques a permis une avancée significative de la prise en charge des douleurs cancéreuses.
Cependant plus de 30 ans plus tard la médecine de la douleur a largement progressé et les paliers tels que définis à l’époque ne permettent pas une prise en charge de la douleur multidimensionnelle. Les douleurs sont très variables dans leur mécanisme et dans leur expression clinique, ainsi une telle stratégie thérapeutique unique ne suffit plus [2]. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :